Durant le moyen âge, Jeannette de Lens à côté de Sierre, a été accusée de sorcellerie après avoir tenté d’empoisonner l’un de ses ennemis en lui offrant du vin de la région. Mais, en plus d’avoir été un très bon moyen d’empoisonner ceux dont on veut faire la peau, le vin valaisan a toujours été une source de fierté. Les premières vignes datent vraisemblablement de l’âge du fer, mais la viticulture s’intensifie lorsque l’Empire romain s’empare de la région. Autour de l’an 1’000, les vignes qui appartiennent à des seigneurs deviennent très organisées. Des familles paysannes y travaillent durement et le célèbre vignoble en terrasse commence à forger le paysage.

Du curé à l’AOC

Avant le début du commerce du vin au 19ème siècle, ce sont des curés qui ont pour mission d’exploiter les vignes. C’est dans des archives de cette époque qu’on découvre, pour la première fois, l’Arvine. Les années 1880 seront dramatiques à cause de maladies du vignoble. On replante alors au début du 20ème siècle, essentiellement du Fendant ou du Gamay. Des cépages aujourd’hui protégés qui séduisent les amateurs internationaux.