Produits du terroir

«Pourquoi aller chercher ailleurs ce que la région offre à proximité?» C’est la question que pose Georges Wenger, cuisinier et membre du comité de patronage du concours suisse des produits du terroir. Il est vrai que la Suisse romande regorge de produits du terroir d’une très grande richesse. «Reflet de la chose authentique, les produits du terroir sont la carte de visite de l’agriculture locale.» Et Olivier Boillat, responsable de projet au sein du concours suisse des produits du terroir, d’ajouter: «Les produits du terroir, c’est tout le contraire des OCNI, ces Objets Comestibles Non Identifiés qui atterrissent dans nos assiettes.» 

Des labels régionaux pour garantir la qualité des produits

Si la marque «Produit du Terroir» n’a aucune signification en tant que telle, il existe une vingtaine de marques régionales qui garantissent l’origine et la qualité des produits sur l’ensemble du territoire suisse, par exemple, «Spécialité du Canton du Jura» ou «Produits du Terroir vaudois». Ces marques cantonales sont regroupées au niveau romand sous la bannière «Pays romand Pays gourmand». Elles assurent la promotion des produits du terroir de leur région. Selon les critères du concours suisse des produits du terroir, un événement national qui donne l’occasion aux producteurs de spécialités de les faire évaluer, un produit du terroir doit répondre à trois critères: tout d’abord, au moins 75 % de la matière première doit provenir de la région ou au moins de Suisse. Ensuite, les deux tiers de la valeur ajoutée doivent rester en Suisse. Cela signifie que les principales étapes de transformation et de conditionnement du produit doivent être réalisées majoritairement sur le territoire. Enfin, le savoir-faire doit être démontré par la culture et la tradition locale. Toutefois, les produits novateurs peuvent également être considérés comme des produits du terroir, à condition qu’ils satisfassent aux premiers critères. 

Une identité culturelle

«Issus d’un savoir-faire séculaire ou contemporain, ces produits sont les garants de l’identité culturelle de notre pays, de la fraîcheur et du goût dont nos clients étrangers sont si friands», constate Georges Wenger. Dans le pays aussi, les produits du terroir font l’objet d’une attention particulière de la part des consommateurs. Grâce aux marques, ils choisissent tel produit plutôt que tel autre car les produits du terroir offrent des caractéristiques sensorielles particulières dues au milieu physique dont ils proviennent. Comment le consommateur peut-il trouver ces produits? «C’est là le problème le plus important à l’heure actuelle. Hormis ceux issus du plus grand segment, comme par exemple le Gruyère AOC ou la Tête de Moine AOC, qui sont distribués dans les grandes surfaces, les produits plus confidentiels sont distribués soit dans quelques magasins spécialisés, soit directement à la ferme.» Pour Olivier Boillat, c’est ce lien producteur-consommateur qu’il est important de développer, car il permet à l’agriculteur de conserver la valeur ajoutée. «La clé qui permet aux producteurs de vivre décemment, est la courte distance entre producteur et consommateur.»

 

Les produits du Terroir, une raison d’être

Favoriser la proximité: les critères de provenance régionale de la matière première et de localisation des travaux de transformation sont essentiels à l’obtention des différents labels.

Garantir l’authenticité: ils sont le reflet d’un savoir-faire régional.

Défendre la qualité suisse: ils sont l’assurance que les producteurs respectent l’environnement et les animaux ainsi que la législation en matière d’hygiène notamment. 

Assurer la diversité: depuis la viande séchée jusqu’au fromage, en passant par les vins, les pâtisseries, les fruits et légumes, leur gamme est très étendue en Romandie.

Certifier la traçabilité: la transparence permet aux consommateurs de remonter aux origines de la marchandise, à ses conditions de production et de transformation.