Depuis 2017...

...le secteur de transformation du textile suisse renoue avec la croissance. Ce sont les exportations de tissus techniques qui sont particulièrement fructueuses. Malgré les nombreux retours de marchandises dans le commerce en ligne, les exportations de l’habillement enregistrent également une forte hausse.

L’industrie suisse du textile et de l’habillement a réalisé, l’an dernier, une valeur ajoutée d’un milliard de francs suisses. La branche a bénéficié, avant tout, d’une plus forte demande en textiles techniques, venant de Chine et des Etats-Unis en particulier.

On utilise les textiles techniques en médecine, par exemple, comme tendons ou ligaments artificiels, en architecture pour des façades cinétiques, ainsi que pour les tapis ou revêtements de sièges des avions, par exemple. Cette reprise fait suite à des années difficiles.

C’est seulement lorsque l’industrie textile helvétique a su recommencer à se vendre et mettre en avant ses qualités exceptionnelles qu’elle a pu revenir sur le devant de la scène à la manière du petit tailleur qui détaille ses exploits sur sa ceinture.

Les marques...

...qui ont su se recentrer sur leurs valeurs et leur cœur d’activité affichent une belle résistance. Certains créateurs suisses de lingerie haut de gamme entre autres, mettent en avant un repositionnement réussi au tournant des années 2000.

De nombreuses marques suisses, parfois même bicentenaires, s’appuient sur leur image pour se renouveler. Mais le textile suisse, ce sont aussi beaucoup de PME dont les noms sont peu connus, car travaillant pour de grandes marques. Citons, par exemple, le savoir-faire de Saint-Gall, sous-traitant pour la haute couture, qui génère une importante valeur ajoutée.

Le travail sur les matériaux...

...est au centre des efforts de la branche. Swiss Textiles a ainsi lancé, avec des partenaires, le programme de recherche Subitex, pour le développement de tissus biomédicaux. Un tournant crucial, textiles techniques et haute couture représentant aujourd’hui plus de la moitié de la valeur ajoutée générée par la branche.

Il s’agit de diffuser notamment des principes actifs par la peau au travers du vêtement.

Combiner la tradition et l’innovation de pointe pour créer un produit unique est aujourd’hui la clé du succès. Sans oublier de le faire savoir et ne pas avoir peur de se recentrer sur ses qualités uniques.