La petite Elodie semble sortir d’un conte de Perrault. Le visage bien rond, laiteux, rehaussé d’un pigment rose au niveau des pommettes, les lèvres en dégradé de rouge, un petit nez à la retrousse, deux couettes enrubannées, et ce regard bleu-vert des poupées vintage.

«Maman, dit-elle, c’est quand qu’on fait les décorations de Noël?» «Bientôt ma chérie», répond la mère. Et son grand frère d’ajouter: «En plus, maman, t’as dit que cette année on achetait des nouvelles choses.»

La maman avait en effet promis à ses deux bout’choux qu’il était temps de troquer les guirlandes en papier buvard et autres babioles de sa grand-mère contre des réjouissances plus modernes.

Mais que choisir? A quel prix? Les deux garnements se sont mis en tête de tout décorer car, disent-ils: «La fête, c’est partout.» Il va donc falloir penser «déco intégrale», avec un budget raisonnable. Une ambiance par pièce semble être la solution. Luxuriante dans la chambre des enfants, avec des animations, des jeux de lumière, des couleurs vives. C’est ce qu’ils veulent; ils seront dans la joie. Sans compter la bouille poupine d’un Père Noël ventripotent qu’Elodie a croisé dans ses rêves.

Dans le salon, papa préférerait une ambiance raffinée avec des tonalités chaudes et discrètes autour d’un sapin vert tendre. «C’est envisageable, se dit la mère. De fines guirlandes, des boules translucides, des bougies de faible intensité et les mobiles en dégradés de bruns et blancs.»

«Pour le balcon, maman, on pourrait mettre une immense guirlande lumineuse!» s’exclame Elodie. «Pas facile», répond la mère. «Mais si, reprend le grand frère en plongeant sa tartine dans le bol de chocolat. On en trouve facilement. C’est des guirlandes à LED, maman. Elles consomment peu, leur durée de vie est infinie et elles sont programmables.»

«Dans la cuisine, s’enthousiasme Elodie, on va faire l’hiver. Avec des flocons qui tombent du plafond, des dessins sur la fenêtre, plein de boules et des guirlandes blanches. Et puis, sur la porte d’entrée, maman, on mettra une magnifique couronne en sapin avec de la neige.»

Quelques heures plus tard, alors que les enfants sont partis à l’école, la mère lève les bras au ciel. «Comment faire pour acheter tout cela?» Or, à cet instant, dans une myriade d’étoiles étincelantes, un ange apparaît: «Va en ville, murmure-t-il de sa voix céleste, laisse-toi guider par ton intuition, tu trouveras tout ce dont tu as besoin, en accord avec tes possibilités. Et n’oublie pas! Tout devient possible à celui qui fait confiance à l’Angelus economicus.»