Le jeune prodige originaire de Laax est LE grand favori des prochains Jeux olympiques de PyeongChang en février prochain. De ses prouesses à sa passion pour le freestyle en passant par son entraînement pour les jeux, Andri se livre à nous tout schuss. 

Quels sont vos 3 meilleurs spots en Suisse?
L’hiver, c’est Laax! L’été, c’est Saas-Fee! Je n’en ai pas d’autres. Ce sont des lieux que j’adore, c’est là que j’ai glissé pour la première fois et on oublie jamais là où on a eu ses toutes premières sensations.

On imagine que la saison que vous préférez, c’est l’hiver?
C’est tout à fait juste: les snowparks tournent à plein régime et je peux fendre la neige dès que j’ai un peu de repos. L’hiver, c’est aussi le moment de toutes les grandes compétitions, et j’adore ça. :-)

J’ai commencé par le ski de course et je suis passé au freestyle parce que vous êtes LIBRE!

Cela veut dire qu’en été vous êtes triste, vous continuez à rider?
Non, au printemps je suis vraiment très fatigué après toutes les compétitions et les entraînements, cette année j’ai voulu prendre un peu de repos. Après cette petite pause, j’étais content quand j’ai su que mon équipe partait pour Saas-Fee pour faire du ski d’été. Mais généralement l’été me permet de profiter d’autres sports chez moi à Laax, comme le vélo, le tennis et le skate… eh oui, je ride aussi quand il fait chaud!

Vous êtes un expert en free­style et donc en grosses sensations. Expliquez-nous les sensations que vous préférez?
Je suis un rider très technique, j’aime les figures difficiles, les spins, les flips... celles qui dépassent mes limites. J’aime accomplir de nouvelles prouesses, cette sensation est juste incroyable.

Pensez-vous que le freestyle peut être un autre moyen d’apprécier le ski?
Oui! J’ai commencé par le ski de course et je suis passé au freestyle parce que vous êtes LIBRE!

Vous pouvez faire ce que vous voulez, sur la neige, en l’air, la tête en bas… il n’y a pas de limites, vous devez être créatif. Il faut trouver un style: son style! et c’est vraiment ce qui me plaît.

Quels sont vos conseils pour les débutants?
J’ai appris la base avec le ski de course ce qui m’a beaucoup aidé. Alors je dirais que pour commencer le freestyle vous devez être un bon skieur quoi qu’il arrive. Il faut ensuite s’entourer de personnes qui ont un bon niveau pour qu’ils vous montrent la voie.

Quand j’avais 10 ans, je sortais toujours avec des gars qui en avaient 16 et j’essayais leurs figures. J’ai appris la plupart de ce que je sais en freestyle avec mon grand frère Gian.
 

Vous avez inscrit votre nom dans l’histoire en réalisant pour la première fois une figure: le Quad Cork 1800. La vidéo décoiffe… Bravo!
 

Pouvez-vous nous décrire quelle est cette figure?
Merci beaucoup! Ce fut un énorme succès. Cette figure s’appelle exactement «quad cork 1800 safety grab and entails», cela consiste à faire 5 rotations en plongeant ma tête sous mon corps 4 fois tout en décollant à 35 mètres au-dessus du sol. Facile. Hahaha!

Expliquez-nous comment le désir de réaliser cette figure est-il né? On veut tout savoir: vos émotions quand vous vous êtes élancé,  et celles lorsque vous avez réalisé que ça y est vous l’aviez fait!
Cette figure me trottait dans la tête depuis plusieurs mois. Le quad était le prochain challenge à réaliser et j’aime ça par-dessus tous les challenges. Quand je suis allé à Watles il était midi, c’était notre premier jour de ski, on ridait et on s’habituait à la grande rampe.

Je me sentais si bien que j’ai dit à mon ami Luca, c’est bon je vais le tenter. Il a juste dit: «Ok fais-le!» J’étais un peu stressé mais je savais que je pouvais le faire. Alors je me suis lancé! J’étais euphorique quand j’ai réalisé que j’avais exécuté cette figure, je l’ai même refaite une deuxième fois et elle était encore plus belle.

La foule qui me regardait a explosé de joie, j’étais si fier. J’ai ensuite appelé ma famille, c’était l’anniversaire de ma mère ce jour-là. Elle m’a porté chance. :-)
 

Vous êtes aussi devenu très célèbre avec cette incroyable vidéo où vous vous entraînez comme un ninja en vue des Jeux olympiques.
 

Alors Andri, devenir un ninja, c’est le meilleur moyen d’être le meilleur en freestyle?
Je ne dirais pas ça mais c’est la meilleure voie pour renforcer son équilibre. Et puis j’aime bien m’amuser tout en ayant un challenge à relever.

Comment vous sentez-vous près de 3 mois avant PyeongChang?
Je suis super excité et j’espère rejoindre l’équipe. J’ai un bon classement et beaucoup de points, donc ça devrait aller. J’essaye de ne pas me mettre trop de pression pour les jeux, les X Games, le Dew Tour ou la Coupe du monde sont aussi très importants.

Que peut-on vous souhaiter pour les 3 mois à venir?
Un bon entraînement et surtout aucune blessure!

Images: màd