La première qualité du cuisinier semble être l’exigence, lorsqu’on regarde vos émissions. Est-ce aussi le cas pour les cuisiniers amateurs?

Non, cette exigence est celle que l’on demande à un professionnel, quel que soit son métier d’ailleurs. A la maison, c’est plutôt le plaisir qui est important. Il faut choisir des produits de qualité avec lesquels on pourra ressentir la satisfaction d’avoir cuisiné quelque chose de simple et bon.

Les amis qui vous invitent pour un repas estival doivent être morts de trouille, non?

(Il rit). C’est marrant que vous disiez ça parce qu’il y a quelques jours, on était plusieurs chefs invités chez un ami qui n’est pas du métier. Il a voulu en faire des tonnes avec une poche à douille et plein de complications. On est sorti de chez lui et on a éclaté de rire. C’était imbouffable! Mon conseil est vraiment qu’il faut faire simple, il ne sert à rien de vouloir imiter les grands chefs. Cela n’amène que déception et découragement.

Je vous avoue que quand on vous voit piquer des colères face à certains chefs, on se demande si vous êtes aussi passé par le stade du cuisinier mauvais qui fait des erreurs. C’est le cas?

Non pas au point de ce qu’on voit dans les émissions. Je vous promets qu’on ne peut pas arriver au niveau que j’ai atteint si on ne vise pas toujours l’excellence et qu’on n’est pas extrêmement rigoureux dès le tout début de sa carrière.

Finalement, Cauchemar en cuisine, c’est plus une leçon de vie qu’une leçon de cuisine…

C’est les deux. Mais il est vrai que l’exigence manque parfois un peu dans notre société. Si ma présence à la télévision peut aider à changer ce point, j’en serais ravi.