Vous êtes avant tout connu pour être un brillant chef d’entreprise; quel rapport entretenez-vous avec la terre et les produits du terroir? 

J’entretiens un rapport très fort avec cette terre que je foule chaque jour et qui est devenue la terre de mes racines. Je suis né au Luxembourg mais je vis en Suisse depuis 54 ans et donc depuis que j’ai l’âge de 10 ans je foule cette terre et je suis inlassablement enchanté par sa beauté, sa forme et ses habitants. Je suis également très attaché à la tradition et au respect des traditions et, en tant que tel, je suis un défenseur de la région de Lavaux et de son vignoble, constitué du fameux plant de vigne qui s’appelle le chasselas.

 

En 2008 vous avez été nommé Ambassadeur des Vins Vaudois; qu’implique pour vous cette distinction?

D’une manière directe ça implique pour moi surtout la défense de nos vins, mais je me plais particulièrement à défendre le «Royaume du chasselas.» Ceci par tous les moyens: des déclarations, mais aussi des actes très clairs. Deux mille bouteilles Cuvée spéciale ont été réservées pour Hublot et diffusées à nos clients dans le monde entier; quoi de mieux pour promouvoir notre chasselas! 

 

D’où vous vient cette passion pour les vins?

Ça vient de l’éducation, le vin est une culture, un art, une tradition. 

J’ai reçu cette éducation de la part de ma famille qui m’a éduqué au respect, à la connaissance et à la mémoire du vin. Le vin, c’est la fusion entre l’Homme et Dieu. La terre et le soleil font pousser ce trésor qu’est la vigne, puis les hommes le transforment en ce nectar qui permet de toucher au divin.

 

Tout commence avec la vigne…

C’est en comprenant ce qui vient avant, que l’on comprend ce qui vient après. La vigne est au départ de tout, c’est pour cela que je m’attache à défendre le royaume du chasselas qui accueille depuis plus d’un siècle cet immense plant de vigne. 

 

Une sélection à nous suggérer?

Je connais soixante vignerons; ils seraient tous déçus de ne pas être cités! (Rires). J’en citerai tout de même deux dont je suis très proche: la cuvée spéciale Hublot, réalisée avec des vignerons amis (Les Fous du Roi), que je bois dans toutes les manifestations Hublot, et le Montreux, excellent chasselas que je bois chaque jour à la maison. Mais finalement, quel que soit le vin, si j’avais un seul conseil à donner, c’est de le respecter et de le déguster en cherchant toujours à atteindre non pas l’ivresse mais la découverte des traces de la divinité.