La cuisine suisse mêle les influences de la cuisine allemande, française et du nord de l’Italie. Mais elle est très différente d’une région à l’autre, la langue déterminant une sorte de découpage. De nombreux plats ont néanmoins dépassé les frontières locales et sont appréciés dans toute la Suisse.

C’est le cas, entre autres, de la fondue moitié-moitié. Cette spécialité provient pourtant du canton de Fribourg, célèbre pour ses excellents fromages. Comme son nom l’indique, elle est faite pour moitié de gruyère et pour moitié de vacherin fribourgeois, auquel on ajoute du vin blanc et éventuellement un peu de kirsch.

Plus suisses alémaniques, les röstis sont régulièrement servis comme garniture ou comme plat principal, souvent accompagnés dans ce cas de fromage, oignons, lardons ou œufs. De tradition paysanne, la cuisine helvétique fait donc naturellement la part belle aux pommes de terre, au fromage mais également à la viande. C’est le cas de la viande des Grisons.

Ces morceaux de bœuf frottés au sel et aux épices sont séchés pendant plusieurs mois à l’air libre. Elle se déguste coupée en fines tranches, seule ou en accompagnement d’une raclette par exemple. Cette dernière, plat typiquement valaisan, a pris ce nom lors de l’Exposition cantonale de Sion en 1909.

Avant, de très nombreux montagnards avaient pris l’habitude de griller le fromage, mais sans trouver nécessaire de donner un nom à cette pratique. Enfin, plus récemment, une cuisine diététique s’est développée en Suisse grâce à ses nombreuses cliniques ainsi que son important savoir-faire en nutrition de santé.

C’est ainsi que le médecin suisse Maximilian Oskar Bircher-Benner a donné son nom à la fameuse mixture qu’il a inventée. Le birchermüesli est constitué de flocons d’avoine, jus de citron, lait concentré, pommes râpées, noix ou amandes.

Ce ne sont naturellement que des exemples des très nombreuses spécialités culinaires qui ont été cultivées dans toutes les régions de Suisse.

D’ailleurs, entre 2004 à 2009, l’association Patrimoine culinaire suisse s’est lancée dans la tâche de les répertorier. Elle a décompté plus de 400 produits différents.