Nicolas Schorderet
Directeur de l’Office des Vins Vaudois

Les amateurs des plaisirs bachiques ont la possibilité de se rendre directement chez les producteurs, généralement le samedi matin ou sur demande. En outre, les caves ouvertes dans chaque canton offrent des journées de découvertes magnifiques. Le cépage qui règne en maître dans le pays est le Chasselas, appelé aussi Fendant. Les principaux cépages rouges sont le Pinot Noir que l’on trouve dans toutes les régions viticoles, et le Gamay qui prédomine à Genève. Le Merlot, cépage réputé du Bordelais, a fait du Tessin sa terre d’élection.

Enotourisme

Les régions ne sont pas concurrentes entre elles mais complémentaires, chacune a ses typicités. Lavaux et son vignoble en terrasses sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. On y trouve le conservatoire du Chasselas et Vinorama à Rivaz. Autres découvertes: une quantité impressionnante de Chasselas, de crus à déguster et des films à voir dans ce temple des vins de l’appellation Lavaux AOC, dont les plus célèbres représentants sont le Dézaley et le Calamin. Une vue époustouflante et le petit train des vignes combleront les visiteurs les plus exigeants. Moins connue, la région des Trois Lacs mérite pourtant qu’on s’y arrête. Un territoire que l’on ne pouvait pas considérer comme «Enotouristique» jusque-là. Les producteurs ouvrent leurs portes et font aimer le coin pour ses vins mais aussi pour son accueil particulièrement chaleureux. A déguster, le fameux rosé de Pinot noir, l’Eil de Perdrix neuchâtelois, ou le Freiburger, un vin blanc minéral et fruité.

Tendance

Il n’y a pas de cépage à la mode, le consommateur choisira des spécialités autochtones comme la Petite Arvine et le Cornalin en Valais. On revient à l’authenticité et aux produits de proximité. Si on entend parfois parler de mode du Gamaret ou du Garanoir, c’est que ces cépages créés en Suisse dans les années 70 ont trouvé leur place et font merveille vinifiés seuls, ce qui n’était pas leur première fonction. Les Suisses sont de plus en plus friands des vins de leur pays, pour des questions de proximité et donc d’écologie, mais aussi d’identité. Malgré la forte concurrence avec les vins étrangers, la notoriété des vins suisses est excellente ici. A l’étranger, étant donné que seul 1,5pour cent de notre production est exporté, rares sont ceux qui ont eu la chance d’y goûter. Pour découvrir le vin suisse, il faut découvrir le pays, les touristes l’ont bien compris.